Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 16:49
Tract de solidarité des étudiant-e-s de Paris 8 et d'ailleurs à Kobanê


Aujourd'hui la communauté kurde est devenue une communauté internationale, et nous nous rencontrons à l'université où des liens d'amitié se tissent, où nous parlons de politique et où des échanges d'idées ont lieu. 
C'est cette même communauté étudiante internationale qui traduit la philosophie de Rancière, Badiou, Zizek, Agamben, etc. en persan, turc, et kurde.

Nous sommes dés lors de plus en plus nombreux-ses à vouloir participer à l'invention de nouvelles formes politiques telle que celle inventée à Kobanê. Et nous sommes de plus en plus nombreux-ses à vouloir qu'elle se traduise ici. 

Kobanê prise au coeur d'un jeu d'alliances et de conflits contradictoires (il faut savoir ce que recouvre le terme de "Coalition Internationale" tout d'abord. Voir les contradictions explicitées comme suit : USA-Arabie saoudite-DAESH par exemple, ou USA-UE-Turquie-DAESH, ou encore USA-Irak-Iran-Syrie, etc.), et dont le peuple kurde fait les frais...

Nous refusons ce scénario.

Kobanê soutient la possibilité d'une troisième voie entre le mal DAESH et le bien de la Coalition Internationale : on connaît bien depuis 2001, il y aura 13 ans cette année, cette faculté du discours de l'anti-terrorisme à créer une fausse alternative binaire, - tout comme il s'agissait déjà depuis deux ans avec la création des cantons du Rojava où Kobanê se trouve, d'une troisième voie entre le régime Syrien et son opposition et de toutes façons, entre capitalisme pétrolier et fondamentalisme, - où il est dit que toute généalogie du système politique et économique se subsumera sous le capitalisme et la guerre.

Contrairement à l'idée selon laquelle DAESH - image réalisée des volontés de toute puissance et des intérêts oligarchiques projetés sur cette région du monde, - serait la conséquence inéluctable des révolutions récentes, comme si toute tentative révolutionnaire ne pouvait qu'aboutir à une contre-révolution, ici selon une version archaïque-moderne qui signalerait une fin de l'histoire -, nous pensons que c'est Kobanê qui les a affirmées et prolongées.

Kobanê nous est laissée : c'est la possibilité d'une politique révolutionnaire et d'une forme de résistance qui possède une portée universelle, défendant l'égalité des femmes et des hommes, et reliant toutes les minorités, d'origine, de religion, de genre, etc. à la fois de façon inclusive et de proche en proche, Acadiens, Assyriens, Turkmens, Yézidis, Kurdes, etc., et nous sommes encore loin de prendre toute la mesure de cette invention et d'en comprendre tout le potentiel d'émancipation. 

C'est la promesse et la mise en acte d'autres pratiques, d'autres manières de vivre, et d'autres formes d'organisation en dehors des formes imposées, notamment elle réféchit l'échec d'une vérité particulièrement criante ici du modèle état-centrique. Et c'est une manière de sortir du nihilisme politique dont DAESH et la Coalition Internationale sont le double visage.

Et ce qui nous rapproche, c'est que pour nous la politique, ce n'est pas que des mots mais des gestes, et la violence qui est faite à Kobanê nous est faite aussi. Nous notons par ailleurs qu'au même moment où il y a une résurgence des droites extrêmes ici, il y a DAESH là-bas.

Et même encerclée par DAESH en Syrie et le dos à la frontière surveillée par une armée turque menaçante à l'extérieur et agressive à l'intérieur, Kobanê continue à nous dire ceci : la résistance se construit dans la durée ; elle consiste en l'occupation et la défense d'une position ; l'invention politique a lieu à l'intérieur d'une situation donnée ; et ceci à la fois informe et dépasse la question de l'organisation.

Du Chiapas au Kurdistan, de Sidi Bouzid au mouvement des places (Tunisie, Égypte, Yémen, Lybie, Bahreïn, Syrie, ...), des espaces libérés de la Courneuve, Saint-Denis etc. à Notre-Dame-des-Landes ou No-Tav et du monde entier, et tout comme il existe une situation insurrectionnelle un peu partout au Moyen-Orient, et puis de la Commune à aujourd'hui, cette possibilité nous reste dont le nom est Kobanê.


Ps: Nous invitons à aller à la manifestation de demain samedi à 15h à Bastille et aux différentes réunions, AG etc. organisées par les étudiant-e-s et autres : jeudi 23 à la Sorbonne, samedi 25 aux Francs-tireurs, samedi 1er novembre au Centre culturel Kurde de la rue d'Enghien pour la journée mondiale de solidarité avec la résistance de Kobanê (plus d'information sur Demosphere.eu).

Constitution des Cantons révoutionnaires du Rojava en document joint (traduction anglaise)

Qq textes sur le net :
Manifeste pour la résistance à Kobanë, Thesis 11 : Thesis11.com/Files/Special/Pdf_238.pdf
Kobanê, socialism and the question of intervention : The misery of the left in Europe, Yasin Sunca : Kurdishquestion.com/insight-research/analysis/kobane-socialism-and-the-question-of-intervention-the-misery-of-the-left-in-europe/293-kobane-socialism-and-the-question-of-intervention-the-misery-of-the-left-in-europe.htm
Kobanê est-elle seule ? Sandro Mezzadra : Blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/101014/kobane-est-elle-seule
Pourquoi le monde ignore-t-il les Kurdes révolutionnaires en Syrie ? David Graeber : Lavoiedujaguar.net/Pourquoi-le-monde-ignore-t-il-les
Repost 0
Published by kolektifdegage.over-blog.com - dans En lutte ici et là-bas !
commenter cet article
11 août 2014 1 11 /08 /août /2014 17:43
Le Collectif Réunionnais Palestine Solidarité invite tous les Réunionnais à former un 
CERCLE DE SILENCE 

à l'appel de Gaza pour un jour de colère et de mobilisation
contre les massacres israéliens  

ce samedi 9 août de 15H à 16H 
à Saint-Pierre (sur la place du front de mer en face du Casino)
A l'origine cette forme de manifestation non violente est pratiquée pour les étrangers dont les droits sont bafoués dans de nombreux pays.
Un cercle de silence pour dire une indignation car parfois face à la gravité des faits, il n’y a pas de mots !
Un cercle de silence pour informer par des bannières et photos !
Pièce jointe
Une distribution de tracts listes produits BOYCOTT aura lieu également ce samedi vers 10H au rond point Savanah St Paul, pour ceux qui peuvent venir aider : merci de contacter Denise au 0692 11 14 91

PARTAGEZ CE MAIL - MERCI
-- 
Association de défense des droits humains – 
Le Collectif Réunionnais Palestine Solidarité
Page Facebook : ADDH - CRPS

Repost 0
Published by kolektifdegage.over-blog.com - dans En lutte ici et là-bas !
commenter cet article
26 mai 2014 1 26 /05 /mai /2014 18:10
Sit-in devant l'ambassade du Maroc*
Vendredi 06 juin 2014*
à 18h30*
5 rue le Tassé - Paris 16è
M°Passy (6) métro Trocadéro ligne:(6)(9)

 
Le peuple marocain et son avant-garde révolutionnaire subissent depuis une longue période une répression féroce de la part de la réaction régnante. Cette répression se manifeste par des vagues d'arrestation dans tout le pays. L'Etat réactionnaire vise par ces arrestations à étouffer toute voix réclamant la liberté, la dignité et la justice sociale. Des assassinats et des arrestations ont touché plusieurs militants révolutionnaires, progressistes ou démocrates au sein du mouvement du 20 février, de celui des étudiants, des diplômés chômeurs, ou encore du mouvement ouvrier, afin de les obliger à stopper leur lutte.
Aujourd'hui, il y a plus de 200 prisonniers politiques incarcérés dans les prisons de la honte, qui endurent des humiliations et des privations de leurs droits les plus élémentaires ; l'assassinat de Nourdine Abdelwahab, au sein de la prison de Ouarzazate, le mois dernier, est l'un des exemples les plus frappants de cette situation.

 Ces derniers jours, les vagues de répression ont particulièrement été dirigées contre les universités pour bâillonner les voix révolutionnaires qui s'élèvent et pour porter un coup au syndicat militant et combattant l'UNEM - syndicat qui résiste depuis des décennies. Ce dernier fait barrage au plan de l'Etat réactionnaire de privatisation de l'enseignement, dicté par les institutions impérialistes mondiales. Ces vagues de répression que mène le régime en place avec nombre de partis réactionnaires contre un nombre important d'universités (à Fès, Marrakech, Agadir, Tétouan,Kenitra,Meknes…) se sont soldées par l'arrestation de plusieurs militants avec des moyens de répression directs et indirects et avec l'appui des services secrets. Par cette répression, le régime n'hésite pas à utiliser pour attaquer ces mouvements, des nervis qui sont à la solde des services secrets, afin que ces derniers n'assument pas la responsabilité directe de ces attaques. Ainsi, on veut faire croire au peuple que les victimes ne sont que celles de règlements de compte entre étudiants, et l'Etat cherche par cette même occasion à justifier la militarisation quotidienne des universités et à se donner bonne figure en apparaissant comme le dernier rempart contre la violence et l'unique protecteur possible des étudiants contre celle-ci.
En parallèle à ces vagues de répression, le régime mène des campagnes de propagande par le biais des journaux, de la télévision et du parlement afin que soient dictées des lois pour criminaliser la lutte et accorder tous les pouvoirs aux forces de répression qui pourraient ainsi intervenir à tout moment au sein des universités transformées alors en casernes militaires, - et ce dans le seul objectif de bâillonner les voix libres qui s'expriment encore.
En réaction à cette situation, au nom du comité d'action et de soutien aux luttes du peuple marocain et en liaison avec des organisations amies, nous avons décidé de mener une action urgente, à savoir un sit-in devant l'ambassade du Maroc, le Vendredi 6 Juin 2014, à 18h30. Et dans ce contexte, nous appelons les organisations et les militants progressistes, ainsi que les démocrates épris de justice, à participer à cette action et à contribuer à sa réussite afin d'apporter leur soutien au peuple marocain dans sa lutte pour la liberté et la dignité.
 
Organisateurs:
*Comité d’action et de soutien aux luttes du peuple marocain (Paris)
*Comité anti-impérialiste
*Secours rouge arabe
*Bloc Rouge (Unification des maoïstes)
 
Signataires :
*Servir Le Peuple 
Repost 0
Published by kolektifdegage.over-blog.com - dans En lutte ici et là-bas !
commenter cet article
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 20:09

« Nous ne nous reconnaissons pas… »

 
Au moment où, dans nos pays d’origine, les luttes pour la dignité, la liberté et l'égalité font rage, nous assistons en France à un déferlement de forces conservatrices et réactionnaires porteuses d’inégalité :
- inégalité revendiquée entre femmes et hommes, sous couvert de défendre des différences entre sexes qui seraient soit-disant menacées ;
- inégalité entre homosexuels et hétérosexuels, avec la remise en cause de la loi sur le mariage pour tous ;
- inégalité entre les « races », dont le mot retrouve droit de cité : une ministre noire traitée de guenon, des propos racistes criés en pleine rue et, qui plus est, par des enfants ainsi instrumentalisés.
Or, nous ne voulons pas de cela pour nos enfants.
 
Lors de la « Manif pour tous » du dimanche 2 février 2014, une banderole écrite en arabe et en français affichait : « Les Français musulmans disent non au mariage homosexuel ». Que certains se retrouvent dans ce slogan et affichent leurs penchants réactionnaires, cela ne nous étonne guère et c’est leur choix. Mais, pour notre part, nous ne nous reconnaissons :
- ni dans ce slogan, nous qui luttons, ici et là-bas, contre la marginalisation et la stigmatisation des homosexuels ;
- ni dans les délires de la prétendue menace d’indifférenciation entre les sexes à l’occasion des « ABCD de l’égalité » expérimentés dans les écoles, nous qui devons sans relâche défendre, ici et là-bas, l’égalité des droits entre femmes et hommes ;
- ni dans les propos racistes ou complotistes – que ce complot soit fantasmé comme celui des « arabes », des « musulmans », ou comme celui des « juifs » –, nous qui avons eu à affronter le fantasme de complot de « l’Occident » pour défendre dans nos pays d'origine la liberté de conscience, qui ne peut aller sans la sécularisation du droit.
 
Notre mémoire est celle des luttes d’indépendance pour l’égalité entre les peuples, des luttes sociales des années 1970 revendiquant « à travail égal salaire égal », des mouvements comme « La marche de l’égalité et contre le racisme » de 1983, des associations de soutien aux luttes de femmes dans les pays du Maghreb. 
C’est au nom de cette mémoire que nous rejoignons, ici et là-bas, les forces qui se battent contre toutes les inégalités et pour les libertés.
 
ACTIF
AFAPREDESA
AIDDA
Arts et culture des deux rives (ACDR)
Association de solidarité avec tous les immigrés (Valence)
Association démocratique des Tunisiens en France (ADTF)
Association de défense des droits de l’homme au Maroc (ASDHOM)
Association des Marocains en  France (AMF)
Association des travailleurs maghrébins en France (ATMF)
Association des Tunisiens en France (ATF)
Association Engagement citoyen
CEDETIM-Ipam (Centre d'études et d'initiatives de solidarité internationale)
CLAP-Villeurbanne
CODENAF (Cooperation y Developement avec Nord Afrique)-Espagne
Collectif algérien en France ACDA (Agir pour le changement et la démocratie en Algérie)
Collectif 3 C
Comité pour le respect des libertés et des droits de l'homme en Tunisie (CRLDHT)
Conseil des migrants au Maroc
Déclaration citoyenne-Genève
Démocratie et veille citoyenne
EMCEMO
Engagement citoyen
Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux rives (FTCR)
Femmes en Luth (Valence)
Femmes Plurielles
Forum Citoyenneté Monde Arabe (FCMA)
Forum Palestine Citoyenneté
Forum Solidarité Euro-Méditerrannée (FORSEM)
Front uni des immigrations et des quartiers populaires
Gadem Maroc
Immigration Développement Démocratie
JERF (Jeunes émigrés-es réunionnais-es en France)
Koléktif dégage !
Les Chibanis d’Antibes
Les Perseudes (Aix-en-Provence)
Manifeste des libertés
Mouvement citoyen des Tunisiens en France (MCTF)
MRAP national
MRAP-Grenoble
Partenia 2000
Plateforme euromarocaine Migration, développement, citoyenneté, démocratie
Réseau Afrique Survie Migration
Réseau euro-maghrébin Citoyenneté et culture (REMCC)
Secularism Is A Women's Issue
Sortir du colonialisme
Tunisie Culture et Solidarité
Unies-Vers-Elles
 
********************************* 
 
Hichem Abdessamad
Khaled Abichou
Fabien Abitbol
Fouzia Adel
Hafed Affes
Najoua Agrebi
Ayad Ahram
Laetitia Aït-Ali
Sanhadja Akrouf
Amina Alaoui
Cyril Alata
Nelly Alfandari
Robert Alfandari
Mohamed Aliane
Mehdi Alioua
Ghaouti Chawky Allal
Fella Allal
Lamia Allal
Mehdi Thomas Allal
Mourad Allal
Tewfik Allal
Zaki Allal
Ahmed Amara 
Youssef Amghar
Linda Amiri
Samia Ammar
Samia Ammour
Alima Arouali
Anne Asseau
Jean Asselmeyer
Samia Attia Galand
Nasr Azaïez
 
Noureddine Baaboura
Allaoua Bakha
Malika Bakhti
Etienne Balibar
Brahim Ballagh
Catherine Ballestero
Bernard Baltassat
Solange Barberousse
Brigitte Bardet-Allal
Sami Bargaoui
Sidi-Mohammed Barkat
Monique Bartholomeus
Rita Bassil
Mohammed Bazza  
Mounira B'chir
Yagoutha Belgacem
Farouk Belkheddar
Foudil Benabadji
Leila Benallègue-Souidi
Ali Benameur
Ahmed Benani
Malika Benarab-Attou
Rym Ben-Naoum Benghezal
Saida Benayad
Hajer Ben Boubaker
Kamel Bencheikh
Raymond Benhaïm
Jelloul Benhamida
Yasmine Benhamza-Flitti
Tarek Benhiba
Abderrahmane Benkerroum
Younès Benkirane
Hédi Ben Kraïem
Tahar Ben Meftah
Marouane Ben Miled
Sarra Benmiloud Abichou
Nacer Benrajeb
Ali Bensaad
Mohamed Bensaïd
Fethi Benslama
Mohamed Bentahar
Saïd Bentrika
Adnane Ben Youssef
Rachid Benzine
François Bernheim
Khira Berrahma
Nacira Berrahma
Jean Berthinier
Fatima Besnaci-Lancou
Sophie Bessis
Mohamed Bhar
Jane Birmant
Henri Bosch
Pierre Bottin
Saïd Bouamama
Juliette Bouchery
Hajer Bouden
Larbi Bouguerra
Sophie Bouillard
Hakim Boulhares
Alima Boumediene
Abdallah Bonfour
Omar Bouraba
Hamza Bouziri
Nouria Brahimi
Nouria Brahimi
Nathalie Brickx
Maryse Broustail
Anne Bucas-Français
 
Dominique Cabrera
Franck Capmarty
Aurélie Carre
Muriel Cavalie
Sérénade Chafik
Chahla Chafiq
Zoé Chalaux
Nabil Challal
Olivier Chalvignac
Souad Chaoui
Abdellatif Chaouite
Jeanine Chappat
Marie-Henriette Charles
Sylvain Charpentier
Marc Chebsun
Patrick Chemla
Hedi Chenchabi
Miriame Cherbib
Mouhieddine Cherbib
Fouad Chergui
Fatma Cherif
Alice Cherki
Cyril Chevrot
Lucie Chillon
Nathalie Combase Lichtensztejn
Timothée Coquatrix
Sarah Colin-Boccara
Fanny Colonna
Yves Courrent
Barbara Couvert
 
Boudjemaâ Dahmane
Françoise Dahmane
Ahmed Dahmani
Jocelyne Dakhlia
Mohamed Damak
Claude Danrey
Jean-Marie Dartois
Joël Daval
Mehrez Debbich
Manu Deniaud
Gilbert Dalgalian
Christine Dardalhon
Laurent Dery
Bernard Desroches
Badreddine Djadouri
Jean Abderaman Djemad
Monique Donnet
Monique Dordain
Zineb Doulfikar
Mohsen Dridi
Latifa Drif
Patrice Dubosc
Jean Duchet-Annez
Hélène Dupont
Jacky Duret
 
Fouzia Ejjawi
Aïda el-Amri
Nadia El Fani
Chafik Elghoul
Driss Elkherchi
Chedly Elloumi
Najia El Rhaoui
Laurence Espinosa
 
Serge Fabre
Mina Faïq
Roudha Faouel
Ahmed Faouzi
Nabil Farès
Gianfranco Fattorini
Claudette Ferjani
Chérif Ferjani
Edith Fèvre
Yasmine Flitti
Michèle Fougeron
Simone Fluhr
Simone Fluhr
Claudine François
Jean Frouin
Josée Frouin
 
Gilles Gallo
Gérard Gautier
Anne Genot
Eric Gerbe
Bechir Gharbi
Jean-Claude Gillet
Philippe Gillier
Bernard Gillois
Pierre Gineste
Ziad Goudjil
Marie-Christine Grelet
Yves Grelet
Slaheddine Grichi
Soraya Guénifi
Oulimata Gueye
Alain Guillou
Jean-Claude Guiraud
 
Jacques Haab
Zohreh Habibmohammadi
Mohammed-Anouar Haidour
Iman Hajji
Khaled Hamida
Ines Hammami-Abid
Mohamed Hamrouni
Sonia Hamza
Mohammed Harbi
Pascale Hassoun
Alain Hébrard
Marieme Helie Lucas
Nada Helmy
Leila Hicheri Hicheri
Christelle Hilaire
Françoise Hoffet
Salah Horchani
Sara Horchani
Hédi Houaïchia
Fatma Houas
 
Rada Ivekovic
Arab Izarouken
 
Moly Jabri
Nacer Jelloul
Kamel Jendoubi
Noureddine Jouini
Pascal Julien
Anne Junk
 
Fériel Kachoukh
Mohamed Kacimi
Saloua Kammarti
Hassen Karkar
Faouzi Kardous
Baya Kasmi
Gérard Kerforn
Anne Kerlan
Abdelhamid Khairi
Warda Khemchane-Viala
Abderrazek Kitar
Abdessalam Kleiche
Mohamed Kilani
 
Abdellatif Laâbi
Samira Laal
Saïd Laayari
Souad Labbize
Samia Labidi
Ibtissame Betty Lachgar
Charles Lallemand
Jean Lafont
Annie Lahmer
Khalid Lahsika
Fatima Lalem
Sabrina Landolt
Bernadette Landré
Camara Laye
Josette Le Berre
Philippe Leclercq
François Lefebvre
Christian Lefèvre
Isabelle Lejault
Gilles Lemaire
Renée Le Mignot
Marie-Thérèse Lenoir
Guy Le Néouannic
Jean Paul Le Roux
 
Larbi Maaninou
Gérard Maarek
Pierre Mairat
Mustapha Majdi
Jean Malié
Varni Manibhe
Mohamed Mansar
Farouk Mansouri
Florence Mardirossian
Blandine Margoux
Maryam Marouazi
Jean-Pierre Martin
Gustavo Massiah
Sylvie Mateo
Claude Mawas
Olivier Mazéas
Abdelwaheb Meddeb
Hind Meddeb
Fatiha Mehelleb
Khaled Melhaa
Shéhérazade Méliani
Karim Messaoudi
Djanina Messali-Hadj
Rafika Messaoud
Fabienne Messica
André Meyer
Fatéma Mezyane
Belgacem Miled
Najet Miled
Raymond Millot
Rolande Millot
....
Repost 0
Published by kolektifdegage.over-blog.com - dans En lutte ici et là-bas !
commenter cet article
31 mai 2012 4 31 /05 /mai /2012 17:14

" La pa kasé la sén la" Serge Sinamalé (Réunion)

 

 

En voulant pour commencer son quinquennat rendre hommage à Jules Ferry, un des plus grands défenseurs de la colonisation et de ses théories racistes, François Hollande va dans le même sens que son prédécesseur Sarkozy, et nous prouve une fois de plus qu’il ne faudra pas compter sur le PS pour changer la politique raciste de la France, ni pour prendre en compte nos problèmes dans ce pays. Il nous prouve une fois de plus que le seul intérêt que le PS aussi bien que la droite ont pour nous est nos voix pour leurs élections.

 

Pendant les 10 ans de pouvoir de Sarkozy, nous, immigrés, habitants des cités, africains, Rroms, musulmans, avons été insultés au quotidien par les discours racistes et fascistes de la droite, entre nettoyage de la racaille au karcher, création d’un ministère de l’immigration et de l’identité nationale digne du « temps des colonies »,  le discours raciste et colonialiste de  Dakar prononcé par Sarkozy à l’université Cheikh Anta Diop, qui porte le nom de l’un des plus grands historiens et anticolonialistes africains, invitant l’Afrique à entrer dans l’Histoire, sans oublier la proposition de la loi sur le rôle positif de la colonisation enseigné à… l’ÉCOLE.

 

François Hollande et le PS veulent rendre hommage « au père de l’école publique gratuite et obligatoire », et nous expliquent que le racisme et le colonialisme de Jules Ferry sont « hors sujet ». Le fait de nous insulter et d’insulter notre histoire et notre mémoire est hors sujet !

 

Hommage pourquoi ?

Voila pourquoi Jules ferry défendait la mise en place d’une école publique, gratuite, obligatoire, puis laïque : « Dans les écoles confessionnelles les jeunes reçoivent un enseignement dirigé tout entier contre les institutions modernes. On y exalte l’Ancien Régime et les anciennes structures sociales. Si cet état de choses se perpétue, il est à craindre que d’autres écoles se constituent, ouvertes aux fils d’ouvriers et de paysans, où l’on enseignera des principes diamétralement opposés, inspirés peut-être d’un idéal socialiste ou communiste ». Ce qui intéressait Jules Ferry n’était certainement pas l’accès à l’école pour tous, mais de protéger ses amis bourgeois et leurs 3e république dont le parlement a voté en 1885 l’expansion coloniale de la France dont Jules Ferry était l’un des plus fervents défenseurs, au mépris des peuples colonisés : « Je répète qu'il y a pour les races supérieures un droit parce qu'il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures... »

 

L’école républicaine, école colonialiste, raciste et discriminatoire

C’est cette même école de la 3e République, qui a commencé dans les colonies à enseigner aux colonisés le mépris de leur Histoire, le mépris de leur humanité, le mépris de leurs civilisations. C’est cette même école républicaine au service du colonialisme, qui continue de le faire dans les actuelles colonies, méprisant les langues maternelles des enfants colonisés et refusant de les enseigner, reniant leurs identités et leurs cultures, et occultant leur Histoire. C’est cette même école qui discrimine aujourd’hui les enfants des cités, les enfants d’immigrés, et qui mène une politique visant à les exclure socialement. Aujourd'hui en France 6000 enfants sont déscolarisés car on leur refuse une inscription, ce sont des enfants d'immigrés, principalement des Rroms. L'accès à l'école obligatoire pour tous ne semble pas les concerner.

 

Kolektif Dégage

Repost 0
Published by kolektifdegage.over-blog.com - dans En lutte ici et là-bas !
commenter cet article
31 décembre 2011 6 31 /12 /décembre /2011 21:01

Communiqué de presse du JERF (Jeunes émigrés réunionnais en France)

 

 

Jours et nuits des femmes sont mobilisées devant le Conseil général de la Réunion : ce sont les ex-salariés de l'Arast ! Bientôt trois ans que ces femmes se battent pour leurs indemnités de licenciement, pour le droit au travail, pour la dignité.

 

Kafrine, fanm kréol lé pa zis la po kriyé po zéleksion ! Le travail étant une denrée rare à la Réunion, le luxe des politiciens péi est de faire de la population des réserves de vote, des employés jetables. L'esclavage n'est plus ? Mais la misère c'est aussi d'être dépendant, victimes des choix que font les administrateurs.

 

En tant qu' organisation libre et indépendante de tous partis politiques, le JERF, Jeunes Emigrés Réunionnais en France soutenons cette lutte. Nous sommes sensibles aux préjudices sociales, et économiques, psychologiques aussi, que connaissent ces personnes qui ont perdu leur emploi.

 

Par ailleurs, le Conseil général organise via le Cnarm, l'émigration de travail des réunionnais comme main - d'oeuvre dans l'hexagone. Comment justifier une politique, qui d'un côté supprime des emplois, et d'un autre, encourage jeunes et moins jeunes à prospecter à 10 000 km ?

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by kolektifdegage.over-blog.com - dans En lutte ici et là-bas !
commenter cet article
12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 04:10

Des agents du consulat algérien à Marseille ont menacé des étudiants algériens qui distribuaient des tracts appelant à la marche de soutien au peuple algérien. 

Sur la marché de Noaïlle à Marseille, des agents du consulat, ont d'abord intimidé les jeunes étudiants et ensuite ils les ont menacé directement (on te coupera la tête), ( tu es un juif, etc,,), en présence d'un cadre du consulat, qui de toute évidence dirigeait les opérations.

Ces méthodes mafieuses ne resteront pas impunis. Le « Collectif Solidarité Maghreb » va porter plainte contre le consulat algérien à Marseille.

Je rappelle, pour ceux qui l'oublient, que les agents du consulat algérien à Marseille, comme d'ailleurs dans toutes les représentations algériennes à travers le monde, sont payés par le peuple algérien et non pas par Bouteflika ou le général Toufik. Ils sont au service du peuple algérien et non au service du pouvoir.

Ces intimidations qui s'ajoutent à d'autres n'auront aucun effet, au contraire, elles nous consolident dans notre combat contre la dictature jusqu'à sa chute.

Yahia Bounouar, directeur de Radio kalima Algérie

Source: Radio Kalima

Repost 0
Published by kolektifdegage.over-blog.com - dans En lutte ici et là-bas !
commenter cet article
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 09:30

APRÈS LA TUNISIE, ÉGYPTE, SOUTENONS LA LUTTE EXEMPLAIRE DU PEUPLE ÉGYPTIEN

 

Alors que la révolution populaire en Tunisie est loin d’être finie, elle devient dors et déjà un exemple pour tous les peuples dominés. Des manifestations continuent de se dérouler en Jordanie, au Yémen et en Algérie. En Egypte ces manifestations se sont transformées en nouvelle révolution.

 

Depuis la "Journée de la colère" du 25 janvier 2011 en Egypte contre la dictature et la pauvreté (la moitié de la population -soit 40 millions de personnes- vit avec moins de 2 $ par jour), un mouvement populaire sans précédent dans son histoire récente se développe partout dans le pays, du Caire à Suez, d'Alexandrie à Assouan, d'Ismaïlia au bastion ouvrier de Mahalla el Koubra etc. Elle touche désormais l'ensemble des couches sociales. Malgré la censure (y compris coupures internet et tél.), l'intimidation policière, les provocations, le couvre-feu et une répression sanglante (plus de 300 morts et des milliers de blessés au 1er février selon l'ONU), des millions de gens manifestent et tiennent la rue, exigeant la chute de Moubarak et de son régime.

 

Ils réclament la LIBERTE. La DIGNITE. La JUSTICE SOCIALE.

 

Aujourd'hui, tout change ! L'Egypte ne sera plus jamais la même car son peuple à relevé la tête et le défi du changement, bien décidé à ne plus accepter la soumission. Le vent de liberté réclamant démocratie et justice sociale, venu de Tunisie, a désormais atteint l'Egypte et se propage dans l'ensemble du monde arabe et africain. Les gens n'ont plus peur. Le soulèvement populaire ne se contentera pas de vagues promesses de "transition" démocratique.

 

Et les Egyptiens n'entendent se faire dicter par personne - surtout pas par les dirigeants français, européens et américains complices de Moubarak et du régime – la conduite pour la suite de leur mouvement. Ils comptent sur un large mouvement de solidarité internationale pour dire Halte ! à maquillés en manifestants "pro-Moubarak" - à l'assaut du mouvement qui occupait pacifiquement la place Tahrir pour provoquer un sentiment de chaos et pour diviser la population, dans la répression de leurs aspirations à la liberté, et pour gagner ensemble de nouvelles conquêtes démocratiques, sociales et politiques au niveau international, à commencer par la liberté d'aller et venir et de s'organiser. Plus que jamais, la paix passe par la réussite de la révolution démocratique en cours.

 

Dans l'immédiat, le peuple égyptien veut mettre en échec les manœuvres dilatoires d'un régime aux abois. Celui-ci a lancé depuis le mercredi 2 février 2011 ses "baltaguiya" - des nervis et des milices armées l'espoir de reprendre la main. Le bilan de ces provocations contre-révolutionnaires est lourd : encore des morts et des centaines de blessés.

Avec les Egyptiens, la communauté internationale doit dire :

 

 

HALTE A LA REPRESSION ! DISSOLUTION DES MILICES PARA-MILITAIRES DU REGIME !

 

MOUBARAK DEGAGE !  

 

VIVE LA REVOLUTION EGYPTIENNE !  

 

VIVE LE PEUPLE TUNISIEN ! VIVE LE PEUPLE EGYPTIEN ! VIVENT LES PEUPLES EN LUTTE !

 

Manifestation de solidarité avec les peuples en lutte : Tunisie, Egypte, Algérie etc.

Le dimanche 13 février 2011 à 11 H à la station Metro Wazemmes.

Repost 0
Published by kolektifdegage.over-blog.com - dans En lutte ici et là-bas !
commenter cet article
9 février 2011 3 09 /02 /février /2011 13:00
 

Collectif d'Algériens en soutien à la lutte en Algérie pour le changement et la démocratie

 

Nous, citoyennes, citoyens, associations, avons créé en France un Collectif d'Algériens en soutien à la lutte en Algérie pour le changement et la démocratie.

 

Notre Collectif exprime son soutien à la marche nationale pacifique à laquelle a appelé la « Coordination nationale pour le changement et la démocratie » qui s'est constituée à Alger le 21 janvier 2011.

 

Cette marche nationale pacifique doit avoir lieu le 12 février à Alger. Nous faisons nôtres ses mots d'ordre :

 

- le changement et la démocratie

- la levée immédiate de l'état d'urgence

- la libération des détenus des émeutes

- l'ouverture des champs politique et médiatique

- le travail et la justice sociale

- une Algérie démocratique et sociale

 

Nous appelons à un rassemblement de soutien, le même jour :

 

samedi 12 février 2011, à 14 heures place de la République, à Paris

 

Pour vous joindre à cet appel : soutien.algerie@mailfr.com

 

Repost 0
Published by kolektifdegage.over-blog.com - dans En lutte ici et là-bas !
commenter cet article
9 février 2011 3 09 /02 /février /2011 12:57

 

Une marche à Alger, deux autres à Paris et Marseille, même jour. Les Algériens de France organisent samedi 12 février deux manifestations, l’une à Paris, l’autre à Marseille, parallèlement à celle qui devra avoir lieu le même jour à Alger. DNA publie les deux communiqués appelant à manifester à Paris et à Marseille.


Le communiqué pour la marche à Paris

Le 12 février 2011 à 11H, les Algériennes et les Algériens manifesteront à Alger à l’appel de la Coordination Nationale pour le Changement et la Démocratie en Algérie (CNCD), pour exiger :

• Le changement et la démocratie

• La levée de l’état d’urgence

• La libération des détenus des émeutes

• Une Algérie démocratique et sociale

• L’ouverture des champs politiques et médiatiques

• Le travail et la justice sociale

La CNCD – Coordination France – appelle la Communauté algérienne établie en France à un Rassemblement à la même heure : Place de La REPUBLIQUE, Paris 12 février 2011 à 11H : Métro : République

Premiers signataires :

- PLD, Parti pour la Laïcité et la Démocratie

- RCD, Rassemblement pour la Culture et la Démocratie

- ONG ENA, ONG Etoiles Nord-Africaines

- ACB Paris, Association de Culture Berbère de Paris

- ENAF, Association des Etudiants Nord-Africains de France

- AFB, Amitié Franco Berbère

- AFEMCI, Association des Femmes Euro-Méditerranéennes

Contre les Inégalités

- ANPLA, Association Nationale Pour la Promotion de la Laïcité en

Algérie

- CEBP, Collectif des Enseignants du Berbère de Paris

-----------------------------------------------------------------------------------------

Communiqué pour la marche à Marseille samedi 12 février

Manifestation de solidarité avec le peuple algérien

Samedi 12 février 2011 à 14h30

Square Léon Blum, Marseille. (Les Mobiles en haut de la Canebière).

Après le soulèvement populaire en Tunisie, couronné par la chute du régime de Benali et celui en cours en Egypte, c’est au tour du peuple algérien d’entrer en scène. Deux décennies faites de massacre des populations, de misère sociale et de mépris n’ont pas eu raison de ses capacités de résistance.

Les pouvoirs successifs et notamment celui qui règne depuis le début des années 2000 ont littéralement pillé les richesses nationales par l’extension de la corruption. Les quelques acquis démocratiques arrachés au prix d’énormes sacrifices ont été anéantis ces dix dernières années: Harcèlement judiciaire, emprisonnement de militants syndicaux ou politiques et de journalistes.

La jeunesse algérienne qui constitue l’écrasante majorité de la population n’a d’autres choix que la harga (en se jetant à la mer) en quête d’un improbable eldorado ou tenir les murs dans les villes et les villages. Toute tentative de contestation est étouffée ou réprimée dans le sang. Les bourreaux agissent dans l’impunité totale, sinon comment expliquer que les responsables d’un corps de sécurité-la gendarmerie nationale- coupables d’un bain de sang en Kabylie en 2001 (126 morts et près de 1000 handicapés à vie) ne sont pas encore poursuivis ?

Pourtant depuis le début des années 2000, la contestation sociale et les émeutes ne manquent pas en Algérie. Cette défiance du régime est multiforme : de simples coups de colère par les blocages des routes à des grèves générales paralysant plusieurs secteurs d’activités. Mais l’absence de fédération de tous ces mécontentements demeure l’obstacle majeur à l’aboutissement de ces luttes ininterrompues.

A la faveur du soulèvement des peuples Tunisien et Egyptien, les diverses organisations syndicales, associatives ou politiques algériennes ont senti l’impérieuse nécessité de conjuguer leurs efforts. La naissance de la Coordination Nationale pour le Changement et la Démocratie constitue une étape décisive dans le long processus de libération du peuple algérien. Cette coordination, a réussi, au prix d’âpres discussions, à mettre en place une action : Une manifestation nationale à Alger le samedi 12 février avec comme mots d’ordre fédérateurs :

- La levée de l’état d’urgence.

- L’ouverture du champ politique et médiatique.

- La libération des personnes arrêtées pour des raisons de manifestations ou de délits d’opinion.

- Le système dégage !

Cette importante initiative a besoin de relais et de solidarité internationale. C’est pour cette raison que le Collectif Solidarité Maghreb appelle à une manifestation le :

Samedi 12 février 2011 à 14h30

Square Léon Blum, Marseille.

(Les Mobiles, en haut de la Canebière).

A cette occasion

- nous proclamons notre soutien au peuple algérien en quête de justice sociale et de liberté,

- Nous mettons en garde le pouvoir algérien contre tout réflexe répressif et le rendons responsable devant l’opinion publique internationale de la moindre goutte de sang versé par un algérien.

-Nous maintenons une mobilisation vigilante et une solidarité accrue avec le peuple Tunisien dans sa démarche souveraine de la mise en place d’un processus démocratique loin de toute ingérence régionale ou internationale.

- Nous sommes partie prenante de toutes les mobilisations pour soutenir le peuple Egyptien dans sa lutte héroïque contre la dictature de Moubarak.

Repost 0
Published by kolektifdegage.over-blog.com - dans En lutte ici et là-bas !
commenter cet article