Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

*** 1970

Janvier :

Aubervilliers 5 Africains meurent asphyxiés dans un foyer-taudis. Le scandale des marchands de sommeil éclate. A Ivry : 700 travailleurs immigrés sont logés dans une usine réinfectée tranformée en foyer par un marchand de sommeil, Morael. Europe 1dénonce : " Auschwitz aux portes de Paris "Le 10janvier, simultanément, l'appartement du propriétaire de l'usine-dortoir. rue Gabriel Péri, et le siège du CNPF à Paris sont occupés par des ouvriers immigrés , des militant et intellectuels français parmi lesquels Maurice Clavel et Marguerite Duras.150 personnes sont arretées mais la question du logement des immigrés est publiquement posée.

12 Janvier :

Chaban Delmas, alors premier ministre visite un bidonville d'Aubervilliers, en l'absence de ses occupants au boulot. Il se donne deux ans pour supprimer les bidonvilles. "Q 'on fasse disparaïtre cette lèpre... "

20 Fevrier :

Les CRS débarquent dans un bidonville d Chatenay-Malabry et détruisent tout, mettant le feu aux objets personnels de tous les occupants. Dans les bidonvilles à Massy, la résistance s'organise contre leur destruction et le relogement forcé. 459 Algériens et Tunisiens refusent d'Aller dans les foyers Sonacotra de Massy et de St Geneviève des Bois.Ils ne veulent pas payer un loyer pour quelques misérables mètres carrés et la vie de caserne sans droit de visites, loin du marché... Au bidonville des Portugais (600 personnes) on attend des H LM promis depuis 1968 et on refuse d'aller à Grigny. La résistant durera jusqu'en 73 .

Juin :

A Villeneuve-la-Garenne, bataille autour d'une construction sauvage sur un terrain des Sablières. Elever une salle de jeu pour les enfants du bidonvilles et des HLM voisines

*** 1971

20 Janvier :

A l'usine Pennaroya de Saint Denis commence la première grève des ouvriers immigrés (120) Marocains ,Algérien,Tunisiens,Maliens et Sénégalais pour de meilleurs salaires et contre les conditions de travail.

22 Janvier :

Renault-lle Seguin, mouvement des OS. Depuis 68, les OS cherchent à s'organiser dans les ateliers contre les cadences et contre la maitrise fasciste et raciste.

Fevrier :

Nationalisation des compagnies pétrolières en Algérie. Vague de crimes racistes et d'agressions.

Le 13 Mars :

Amer Saadi est frappé à mort à coup de manivelle, à Bonneville, en Haute- Savoie. Le 23 mars, Abdelkader Laïb.

Le 23 Avril :

c'est au tour de Mohamed Belmoumène à Irigny , Le racisme tuera :

Le 9 Mai :

Melle Salima à Vaux-en-vélin, le 17 mai, Melle Mounah Sabina, 15 ans, à Bondy et Salah Hadji à Chalette sur Loins, dans le Loiret, le 12 mai. Mézianne Hamouda, à Douai

Mai :

Renault Le Mans. Révolte des OS. Grève avec occupation de l'usine.

Mai et Juin :

Les travailleurs résidents antillais, occupent pendant plusieurs semaines le foyer Del Campo, dans le Xllème. La même action aura lieu par la suite dans l'hôtel Astrid. Ils dénoncent les accords existants entre le BUMI-DOM et les foyers-taudis.

Mai-Juin :

Alsthom, mouvement de grève de onze semaines.Mouvement impulsé par les travailleurs antillais.

25 Juin :

A l'appel des Comités Palestine, meeting important de l'immigration, 2500 ouvriers de toutes nationalités se réunissent pour le soutien à leurs peuples, et contre le racisme :c'est le premier rassemblement multinational pour les droits.

Aout :

Simca-chrysler à Poissy. Mobilisation des Réunionnais, enquête de I'UGTRF. De nombreuses grèves sauvages.

Aout-Septembre :

Luttes contre les centres de formation du BUMI DOM. Le centre de Crouy/Ourcq est occupé par un groupe de travailleurs antillo-guyanais. Ils demandent le droit de réunion, d'association dans les centres.Le droit à la culture nationale et une formation authentique.

22 Septembre :

A Massy, début de la mobilisation contre l'expulsion de Laureta Fonseca jeune femme portugaise connue pour son soutien actif aux immigrés des bidonvilles de Massy. Un sursis à exécution lui sera accordé jusqu'en 73.

Aout-Septembre-Octobre :

Brandt à Lyon. Luttes des immigrés arabes et des Réunionnais. Sabotages et licenciements. 3 travailleurs réunionnais incarcérés font le procès du Bumidom et de la maîtrise fasciste notamment du chef Claris qui avait torturé un manouvre tunisien.
Octobre : A Amiens, luttes contre l'expulsion de Sadok Djeridi, ouvrier tunisien. et sa famille. Un comité anti-rasciste s'est organisé, manifeste, pétition, défilé dans le, rues d'Amiens de mille personnes, meeting le 26 avril 72 suivi d une grève de la faim pour sa carte de travail avec entre autres le curé de Sénarpont.Sadok obtient sa carte.

25 Octobre : Paris : la Goutte d'Or :

Djellali Ben Ali, Algérien de 15 ans, est tué par le concierge raciste de l'immeuble où il habitait. C'est le point de départ d'un grand mouvement anti-raciste qui culmine avec une manifestationde 3000 personnes dont 2000immigrés. C'est la première manifestation immigrée de masse à Paris. Depuis, Barbès est investi par la police et les CRS. Un mois plus tard, Sartre, Claude Mauriac, Foucault viennent à la Goutte d'Or dénoncer l'occupation policière.

Decembre :

Villeurbanne, des travailleuses réunionnaises occupent leur foyer. Toutes sont femmes de ménage dans les hôpitaux venues par les soins du BUMI-DOM.

27 Decembre :

Les immigrés des usines Pennaroya de Saint Denis, de Lyon et d'Escaudouvres déposent en même temps leurs trois cahiers de revendications. La direction rejettera aussitôt la: revendication.

*** 1972

9 Février :

Les usines de St Denis et de Lyon sont en grève. Le 14, ceux d'Escaudouvres cessent le travail. La grève va durer un mois avec occupation des usines. Cette lutte sera exemplaire. Conduite de bout en bout par les ouvriers immigrés eux-mêmes. Un comité de soutien dont de nombreux médecins mettra en évidence les conditions scandaleuses du travail immigré. Luttes contre le saturnisme , la maladie du plomb. Une nouvelle réglementation verra le jour à la suite de ce conflit.

25 Février :

Assassinat de Pierre Overney, porte Zola. Il diffusait aux ouvriers de Renault un tract appelant à une manifestation contre les crimes racistes. La police interdira la manifestation.,mais elle aura quand même lieu. Brutalités policières.


6 Mars :

Expulsion de l'abbé Reynolds, Mauricien qui soutint les Réunionnais de l'agglomération lyonnaise. Ce prêtre avait déjà été expulsé de la Réunion le 29 décembre 70. MARS-JUIN ; Deux petites villes de province,"Aix en Provence et oyonnax", connaissent deux grèves générales des travailleurs immigrés, revendication unique : Non aux expulsions, des logements décent.

Avril :

Fos-sur-Mer en plein essort, cornait sa première grève immigrée. D.A.V.U.M, entreprise métallurgique est immobilisée. Six mois après, Laid Mahfou meurt sur le chantier Trindel. Grand mouvement de protestation des immigrés de Fos, avec plusieurs manifs au foyer de la Courbedonne où logent les 4000 étrangers.

Mai :

1ère grève de travail pour les papiers. Les chantiers d'Amiens et de Sainte Geneviève des Bois d'E.G.C.C, boite de sous-traiono des P.T.T sont paralysés par une grève de cinq semaine.

Mai-Juin :

Très longue grève des immigrés travaillant dans les entreprises de sous-traitance aux chantiers naval, de la Ciotat Adhésion collective au syndicat C.F.D.T

Juin :

Grande manifestation d'ouvriers arabes à Lyon après l'assassinat raciste de Rezki Arezki.

6 Aout :

A Marseille, 1000 travailleurs immigrés manifestent pratiquement seuls,en riposte à l'assassinat de Bekri Mohamed.

Juin :

Création du Mouvement des travailleurs arabes.

Juillet:

A Montbéliard,120 résidents algériens sont menacés d'expulsion de leur centre d'hébergement. Une riposte victorieuse s'organise. Le 8 juillet a eu lieu une manifestation silencieuse dans les rues de la ville.

Octobre :

Application des circulaires Fontanet-Marcellin adoptées en février et bien accueillies par les syndicats.

26 Octobre :

Contre leur expulsion, Saïd et Faouzia Bouziri commencent dans le 18ème une grève de la faim. Le comité de soutien, fort de plusieurs centaines de personnes, fera reculer le ministère de l'Intérieur. Cette victoire, à un moment où le pouvoir met en place la circulaire Fontanet-Marcellin, donne naissance au comité de défense des droits et de la vie des travailleurs immigrés. Les comités de défense seront présents dans les luttes des ouvriers immigrés contre la circulaire Fontanet-Marcellin.

29 Novembre:

Assassinat de Mohamed Diabdans le commissariat de Versailles par le sous-brigadier Maquuet. Une enquête populaire aboutit à plusieurs initiatives. 137 intellectuels appellent à une marche silencieuse à Bonne-Nouvelle le samedi 16 décembre. La marche est intrdite et violemment réprimée. Des dizaines de travailleurs immigrés sont interpellés ainsi que plusieurs intellectuels, Genet, Foucault,Mauriac, etc. Une marche silencieuse à Versailles le 10 févier sur le commissariat. A ce jour, Marquet n'est toujours pas jugé. Le tribunal correctionnel s'est déclaré incompétent en mai 75. On attend depuis que ce policier meurtrier comparaisse devant les assises. L'année est également marquée par les innombrables grèves de loyer menées par les Africains noirs, contre les marchands de sommeil à Paris, rue Basson, rue Riquet et à Ivry, à Pierrefitte et Bondy.

Du 7 au 14 Décembre 72 :

Grève des éboueurs parisiens. Les 3286 auxiliaires étrangers employés comme saisonniers. obtiennent la garantie d'emploi en cas de maladie, et la possibilité de cumuler leurs congés sur 2 ou 3 ans pour se rendre dans leur pays sans pour autant perdre leur emploi. A la mi-Décembre, à Valence, à la suite d'une descente de police dans un hôtel 18 travailleurs tunisiens sans papiers sont menacés d'expulsion. Deux d'entre eux entament une grève de la faim. 3 Français dont un aumônier se joignent à eux. Le 23 décembre. l500 personnes défilent dans la ville. Les prêtres des différentes paroisses de la ville décident de supprimer la messe de minuit. Cette décision aura un tel retentissement que le ministre du Travail décidera de faire délivrer la carte de travail.

17 Décembre :

A La Ciotat, dans l'église de la Cité de l'Abeille, 4 Tunisiens commencent a leur tour une grève de la faim pour avoir la carte de travail. Ils étaient en grève sur leur chantier depuis le 4 décembre pour le remboursement des retenue prélevées par leur employeur et la carte de travail . Après la Ciotat, la grève de la faim va s'étendre à Fos et à Paris, une première fois dans les locaux de la CFDT, square Montholon.

M. A. DABOUSSI
1 JANVIER 1980



Partager cette page

Repost 0
Published by